The same rules for all: the NDP calls for action on web giants

OTTAWA – Today, NDP Deputy Leader Alexandre Boulerice and NDP Finance Critic Pierre-Luc Dusseault announced the NDP’s plan to end the preferential treatment of web giants.

“Our artists, local businesses, national broadcasters, and local media all pay their fair share of taxes. But web giants make billions of dollars each year in Canada, while paying no taxes. That’s far from fair,” said Boulerice (Rosemont–La Petite-Patrie). “It’s simple: these multinationals have an unfair advantage and our small businesses, artists, French language content, and the funding our public services are at risk because of it.”

The NDP believes that the Liberal government is on the wrong track. Instead of making sure everyone pays their fair share of taxes, consecutive Liberal and Conservative governments have chosen to continue to give web giants a free pass. Amazon claimed profits of $12 billion in 2018, but did not pay any taxes in Canada. Facebook and Google have made around $5.1 billion in tax-free advertising revenue in Canada alone.

“We can clearly see the priorities of the Liberal government. Rather than fixing this injustice, Justin Trudeau and his team went even further by signing a secret deal with Netflix without any consultation with the Government of Quebec, and without any guarantee of creating French content,” added Dusseault (Sherbrooke). “Liberals and Conservatives do not understand that when the rich pay fewer taxes, the rest of us pay more.”

The NDP is proposing a level playing field for all, where large foreign multinationals must pay their fair share. New Democrats will stand up to web giants and make sure they play by the same rules as Canadian companies. By taking this bold action, the government would recoup billions of dollars that could be used to make life more affordable for all Canadians, protect our content and culture, save local media, and create good quality jobs for the future.

* * *

13 mai 2019 

LES MÊMES RÈGLES POUR TOUS : LE NPD SE TIENT DEBOUT DEVANT LES GÉANTS DU WEB 

OTTAWA – Aujourd’hui, le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice et le porte-parole du NPD en matière de Finances, Pierre-Luc Dusseault, ont annoncé le plan néo-démocrate pour mettre fin au traitement préférentiel dont bénéficient les géants du web.

« Nos artistes, nos commerces du coin, nos diffuseurs nationaux, nos médias locaux, eux, ils paient leur juste part. Et les géants du web? Ils font des milliards de dollars par année au Canada, mais ne paient aucun impôt. C’est équitable ça? s’est indigné Alexandre Boulerice (Rosemont–La Petite-Patrie). C’est simple: ces multinationales font de la concurrence déloyale et ce sont nos PME, nos artistes, notre langue française et le financement de nos services sociaux qui sont menacés! »

Le NPD estime que le gouvernement libéral fait présentement fausse route. Au lieu de faire en sorte que tout le monde paie sa juste part, les libéraux, et les conservateurs avant eux, préfèrent continuer à donner des passe-droits aux géants du web et leur éviter de payer des impôts. Amazon a réclamé des profits de 12 milliards de dollars en 2018, mais elle n’a payé aucun impôt au Canada. Pour Facebook et Google, on parle de 5,1 milliards de dollars en revenus publicitaires exempts d’impôts, et ce, seulement chez nous.

« On voit de quel bord se logent les libéraux. Plutôt que de régler cette injustice, Justin Trudeau et son équipe sont allés encore plus bas en signant une attente secrète avec Netflix, et ce, sans aucune consultation avec le gouvernement du Québec, et sans aucune garantie de création de contenu francophone, a ajouté Pierre-Luc Dusseault (Sherbrooke). Les libéraux et les conservateurs ne comprennent pas que quand les riches paient moins d’impôt, c’est à nous d’en payer plus. »

Le NPD propose un cadre équitable pour tous, dans lequel les grandes multinationales étrangères n’ont pas de passe-droits et paient leur juste part. Les néo-démocrates vont se tenir debout et soumettre les géants du web aux mêmes règles que les entreprises de chez nous. En passant à l’action, le gouvernement récupèrerait plusieurs milliards de dollars qui pourraient être utilisés pour rendre la vie des gens plus abordable, pour protéger notre culture, pour sauver nos médias locaux et créer de bons emplois pour l’avenir.