NDP: PBO report on tax evasion shows $40 billion lost annually

 

OTTAWA –Today, NDP Finance Critic and Deputy Critic, Pierre-Luc Dusseault (Sherbrooke) and Peter Julian (New Westminster – Burnaby), reacted to a report from the Parliamentary Budget Officer that estimated the cost of the government’s failure to reduce overseas tax evasion. The MPs called on all parties to add the NDP’s proposals to crack down on tax evasion to their election platforms.

“The PBO report shows that we have, at bare minimum, $1.6 trillion dollars leaving the country each year, and that we may be losing $40 billion dollars in tax revenue annually,” said Dusseault. “In four years, the government has not implemented any meaningful measures to stop this, or even to better understand the flow of money. An NDP government will crack down on the abusive transactions used by the wealthy to hide their money in shell companies overseas.”

Earlier this week, the CRA reported that corporations likely avoided paying $11.4 billion in taxes in 2014. The PBO report shows a more serious picture that includes massive sums of corporate money flowing to small countries known for being tax havens, including $47.6 billion transferred from Canada to the small European country of Luxembourg in 2016. The report also shows that in 2018, Canadian corporations transferred $157.7 billion to Singapore, while Singapore only transferred $35.9 billion to Canada.

“The Parliamentary Budget Officer has shown that the $11.4 billion reported by the CRA is very likely only the tip of the iceberg. The difference between what our tax revenue is, and what it could be, is called the ‘tax gap’. The PBO report shows we don’t have a tax gap, we have a tax chasm,” said Julian. “Child care, affordable housing, renewable energy…It’s staggering what we could fund if this Liberal government was taking this issue seriously. We must create a publicly-accessible registry of ownership information for federally incorporated corporations and shine a light on the tax evasion we know is taking place.”

* * *

 

20 juin 2019

RAPPORT DU DPB SUR L’ÉVASION FISCALE : DES PERTES ANNUELLES DE 40 MILLIARDS $

OTTAWA — Le porte-parole et le porte-parole adjoint du NPD en matière de finances, Pierre-Luc Dusseault et Peter Julian, ont réagi au rapport du directeur parlementaire du budget (DPB) sur l’évaluation du coût du refus du gouvernement à s’attaquer au problème de l’évasion fiscale à l’étranger. Les députés ont incité tous les partis à ajouter à leur programme électoral les propositions du NPD visant à lutter contre l’évasion fiscale.

« Le rapport du DPB montre que, chaque année, 1,6 million de dollars au minimum quittent le pays et que nous perdons possiblement 40 milliards de dollars en recettes fiscales, a déclaré M. Dusseault (Sherbrooke). En quatre ans, le gouvernement n’a pris aucune mesure importante pour empêcher cela, ou même pour mieux comprendre le flux monétaire. Un gouvernement néo-démocrate réprimera les opérations abusives dans lesquelles les riches utilisent des sociétés écrans pour cacher leur argent à l’étranger. »

Plus tôt cette semaine, l’Agence du revenu du Canada (ARC) a signalé que des sociétés auraient réussi à éviter de payer 11,4 milliards de dollars en impôt en 2014. Le rapport du DPB brosse un tableau plus sombre de la situation, soit un exil massif d’argent des sociétés vers de petits pays qui servent de paradis fiscaux, dont le transfert de 47,6 milliards de dollars, en 2016, du Canada à un petit pays d’Europe, le Luxembourg. Le rapport démontre également qu’en 2018, des sociétés canadiennes ont transféré 157,7 milliards de dollars à Singapour, alors que ce dernier n’a transféré que 35,9 milliards de dollars au Canada.

« Selon le rapport du directeur parlementaire du budget, vraisemblablement, les 11,4 milliards de dollars déclarés par l’ARC ne sont que la pointe de l’iceberg. On appelle “écart fiscal” la différence entre nos recettes fiscales réelles et ce que ces recettes pourraient être. Le rapport du DPB qualifie de gouffre fiscal la différence entre nos recettes fiscales réelles et nos recettes fiscales potentielles, a ajouté Peter Julian (New Westminster—Burnaby). Des services de garde, des logements abordables, de l’énergie renouvelable... c’est ahurissant ce que nous pourrions nous offrir comme services si le gouvernement libéral étudiait ce problème sérieusement. Nous devons créer un registre accessible au public de renseignements sur la propriété effective des sociétés constituées en vertu des lois fédérales et faire la lumière sur le problème réel de l’évasion fiscale. »