STATEMENT FROM NDP ON THE SENTENCING OF MOHAMED FAHMY

FOR IMMEDIATE RELEASE

NDP Foreign Affairs critic Paul Dewar and NDP Consular Affairs critic Wayne Marston issued the following statement on the sentencing of Mohamed Fahmy:

We are shocked and disappointed by today’s verdict in Egypt sentencing Canadian journalist Mohamed Fahmy to seven years in prison. Mr. Fahmy has already been imprisoned for six months in Egypt for doing his job as a journalist. A free press is an essential element of a successful democracy. Today’s verdict suggests that media freedom does not exist in Egypt.

The Prime Minister of Australia personally phoned Egyptian President al-Sisi on the weekend to advocate for the release of Mr. Fahmy’s colleague Peter Greste. The Government of the United Kingdom has condemned the verdict at the prime ministerial level. Leader of the Opposition Tom Mulcair wrote to the Prime Minister in April asking for similar intervention.

The Government of Canada must raise Mr. Fahmy’s case with the Egyptian authorities at the highest level. Prime Minister Harper must contact President al-Sisi directly to condemn the persecution and prosecution of journalists in Egypt, and call for the immediate release of Mr. Fahmy.

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
23 juin 2014

DÉCLARATION DU NPD CONCERNANT LA CONDAMNATION DE MOHAMED FAHMY

Le porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Paul Dewar, et le porte-parole du NPD en matière d’affaires consulaires, Wayne Marston, ont émis la déclaration suivante à la suite de la condamnation de Mohamed Fahmy :

« Nous sommes bouleversés et profondément déçus que les autorités égyptiennes aient condamné le journaliste canadien Mohammed Fahmy à une peine de sept ans de prison. M. Fahmy est déjà emprisonné en Égypte depuis six mois, simplement pour avoir accompli son travail de journaliste. La liberté de la presse est l’un des piliers d’une démocratie stable. Le verdict d’aujourd’hui semble indiquer qu’une telle liberté est inexistante en Égypte.

Au cours de la fin de semaine dernière, le premier ministre de l’Australie a téléphoné au président égyptien al-Sisi pour demander la libération de Peter Greste, un collègue de M. Fahmy. Le gouvernement britannique a également condamné le verdict de condamnation. Ici au Canada, le chef de l’Opposition officielle, Thomas Mulcair, a écrit au premier ministre en avril pour lui demander d’intervenir.

Le gouvernement du Canada se doit de discuter de cette affaire avec les plus hautes autorités égyptiennes. Le premier ministre Harper doit communiquer directement avec le président al-Sisi pour condamner la persécution et l’incrimination dont sont victimes les journalistes en Égypte, et exiger la libération immédiate de M. Fahmy. »