Statement by New Democrat Foreign Affairs Critic Paul Dewar on the Office of Religious Freedoms

On behalf of the NDP, I congratulate Professor Andrew Bennett on his appointment as Canada’s first ambassador for the Office of Religious Freedom.

New Democrats believe that encouraging religious tolerance and promoting religious freedoms around the world is an important Canadian value. Action on this is valuable – but must not come at the expense of, or to the exclusion of, developing other important democratic rights.

Developing robust democratic governments not only involves religious tolerance, but also the development of political systems that include opposition parties, protect freedom of belief, respect ethnic differences, support a robust civil society and encourage open government and freedom of information laws to help encourage independent news media.

The Office of Religious Freedoms, as introduced today, represents both a broken Conservative promise and a missed opportunity. Conservatives had repeatedly promised a democratic development agency, but they broke that promise and now they're moving forward on a much more limited and narrow approach.

Our work abroad expresses our country’s value. But the Conservative government’s decision to cancel the building democracy abroad initiative and replace it with a more limited agency means that the broad commitment of Canadians to democratic values, tolerance and the rule of law is now not reflected. Conservatives have adopted a very narrow vision of what Canada can contribute to the world and have unfortunately abandoned an approach that could have encouraged countries around the world to develop more open and democratic governments.

We are also concerned that the federal government apparently excluded some religious groups from having a voice in the development of this office – and now are announcing someone to lead the agency without any consultation with parliament or the opposition. Conservatives have a record of putting domestic photo ops ahead of sound foreign policy – we urge them to stop playing domestic politics on the international stage.

-30-

***

DÉCLARATION DU PORTE-PAROLE DU NPD EN MATIÈRE D’AFFAIRES ÉTRANGÈRES, PAUL DEWAR, AU SUJET DU BUREAU DE LA LIBERTÉ DE RELIGION

Au nom du NPD, je tiens d’abord à féliciter le professeur Andrew Bennett pour sa nomination au poste d’ambassadeur du nouveau Bureau de la liberté de religion du Canada.

Le NPD pense qu'encourager la tolérance religieuse et promouvoir la liberté de religion à travers le monde est important pour les Canadiens. Il faut agir, mais pas au détriment d’autres droits démocratiques.

La tolérance religieuse est évidemment l’un des fondements des gouvernements démocratiques, avec les partis d’opposition, une société civile solide, le respect des différences ethniques, un gouvernement ouvert et des lois sur la liberté de presse permettant l’existence de médias indépendants.

Le Bureau de la liberté de religion, tel qu’il nous a été présenté aujourd’hui, représente à la fois une promesse rompue et une occasion ratée de la part des conservateurs. Les conservateurs ont promis à plusieurs reprises qu’ils créeraient une agence du développement démocratique. Ils n’ont pas tenu parole. Notre travail à l’étranger doit être le reflet des valeurs de notre pays. La décision du gouvernement conservateur de supprimer l’initiative visant à promouvoir la démocratie à l’étranger pour la remplacer par une agence au mandat plus limité met en doute, à l'international, le dévouement des Canadiens envers les valeurs démocratiques, la tolérance et la primauté du droit. Les conservateurs ont une vision étroite de ce que peut offrir le Canada. Ils ont renoncé à encourager d’autres pays à se doter de gouvernements plus ouverts et plus démocratiques.

Le NPD est préoccupé par la décision du gouvernement fédéral de ne pas tenir compte de l’avis de certains groupes religieux au moment de mettre sur pied le Bureau. Les conservateurs ont en outre nommé le dirigeant de l’organisation sans consulter le Parlement ou l’opposition. Les conservateurs se soucient plus de leur image au Canada que de notre politique étrangère. Nous leur demandons d’arrêter de jouer à instrumentaliser notre politique étrangère à des fins partisanes.

-30-