Phoenix fiasco: public servants deserve compensation and an apology

OTTAWA – To mark the second anniversary of the government’s reckless implementation of the Phoenix payroll system; the NDP is calling on Minister Carla Qualtrough to do more than just say sorry through the media. It is time the government has the courage to act by compensating all those who have experienced hardships caused by the Phoenix system-including employees of the Miramichi pay centre. To that end, the NDP has tabled a motion calling on the government to apologize to public servants and offer compensation.

“Thousands of public servants are living with the financial stress of not being paid correctly. They don’t know if they’ll be able to pay their bills, or if they’ll be forced to borrow against their credit cards,” said Karine Trudel, the NDP Labour Critic. “The Liberals must admit they committed an error in judgment, they should offer compensation to all those affected, as well as a public apology in the House of Commons.”

Before the Phoenix system was operationalized in February 2016, the Liberal government ignored the red flags raised by both unions and departmental staff, who called on them to postpone implementing the new pay system. Since ignoring their advice, more than half of Canada’s public service employees have been facing persistent pay problems. The Liberals promised to correct the Phoenix fiasco by the end of October 2016, but two years later, the problems are growing exponentially.

“This system was supposed to save taxpayers $70 million per year. We are now looking at a bill of close to one billion dollars just to correct errors in the system, and we are still not out of the woods,” said Peter Julian, the NDP Finance Critic. “It’s a very sad anniversary, and the best thing the government could do to mark this day is to compensate public service employees who were affected by its bad decisions and apologize for the unnecessary distress they have caused.”

* * *

LE FIASCO PHÉNIX : LA FONCTION PUBLIQUE MÉRITE UNE INDEMNISATION ET DES EXCUSES

OTTAWA – En l’honneur du deuxième anniversaire de la désastreuse mise en place du système de paye Phénix par le gouvernement, le NPD exige que la ministre Carla Qualtrough offre plus que des simples excuses à travers les médias. Il est temps que le gouvernement passe de la parole aux actes et offre une indemnisation à tous ceux et celles qui ont souffert à cause du système Phénix, incluant les employés de centre de paye de Miramichi. Le NPD a donc déposé une motion afin d’exiger des excuses et d'indemniser les gens qui ont été touchés par les problèmes du système.

« Des milliers de nos fonctionnaires vivent avec le stress financier de ne pas se faire rémunérer correctement. Ils ne savent pas s’ils seront en mesure de payer leurs factures ou s’ils devront emprunter sur leurs cartes de crédit, a déclaré la porte-parole du NPD en matière de travail, Karine Trudel. Les libéraux doivent admettre leur erreur, offrir des excuses publiques dans la Chambre des communes et une indemnisation à tous ces gens. »

Avant le déploiement de Phénix en février 2016, le gouvernement libéral n’a pas tenu compte des appels de la part de syndicats et de fonctionnaires demandant de reporter la mise en œuvre du système de paye. Depuis, plus de la moitié des fonctionnaires ont vécu des problèmes de paye persistants. Les libéraux ont promis de corriger le fiasco de Phénix avant la fin d’octobre 2016, mais deux ans plus tard, le problème n’est toujours pas résolu.

« Ce système était censé faire économiser plus de 70 millions $ par année aux contribuables. Nous en sommes rendus avec une facture de près d’un milliard pour réparer les erreurs du système, et nous ne sommes pas encore sortis du bois, a ajouté le porte-parole en matière de finances du NPD, Peter Julian. C’est un bien triste anniversaire et la meilleure chose que le gouvernement pourrait faire pour le souligner serait d’indemniser les travailleurs qui ont été affectés par ses mauvaises décisions et de s'excuser pour les difficultés inutiles qu'elles ont causées. »