NEW DEMOCRATS ALARMED BY CRACKDOWN IN TURKEY

OTTAWA – New Democrats are alarmed at the human rights situation unfolding in Turkey, including Turkey’s President granting his government the ability to bypass parliament and rule by decree; Turkey’s decision to suspend the European Convention on Human Rights; and the possibility that Turkey will re-introduce the death penalty.

Canada should make clear that any government action in response to the coup must be consistent with international legal and human rights standards. New Democrats, like so many Canadians, are concerned about reprisals that put human rights at risk. Many international experts are already warning about how the current crackdown extends beyond those with any connection to the attempted coup, and allegations are growing that those detained are being mistreated.  

The dismissal and detention of tens of thousands of Turkish citizens – including public servants, members of the media, teachers, and judges – is unacceptable.

As an important ally and NATO partner, New Democrats believe it is imperative that the Canadian government condemn these actions, stand up for Canadian values, and demand that the Turkish government moves to respect human rights, protect democratic institutions and uphold the rule of law.

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
25 juillet 2016

LES NÉO-DÉMOCRATES SONT ALARMÉS PAR LA RÉPRESSION EN TURQUIE

OTTAWA – Les néo-démocrates s’inquiètent de la situation des Droits de la personne en Turquie: Le Président Turc permet à son gouvernement de passer outre au Parlement et gouverne par décret, il suspend la Convention européenne sur les droits de la personne et on discute de la possibilité que la Turquie rétablisse la peine de mort.

Le Canada devrait clairement faire savoir que toute mesure gouvernementale en réponse au coup d’État doit respecter les normes juridiques et de droits de la personne à l’échelle internationale. Comme beaucoup d’autres Canadiens, les néo‑démocrates s’inquiètent des représailles qui mettent en péril les droits de la personne. Selon de nombreux spécialistes d’envergure internationale, les mesures d’intervention existantes s’étendent à des personnes sans aucun lien avec la tentative de coup d’État, et les allégations de mauvais traitement des personnes détenues s’intensifient.

Le congédiement et la détention de dizaines de milliers de citoyens turcs – y compris des fonctionnaires, des représentants des médias, des enseignants et des juges – sont des mesures inacceptables.

Notre pays étant un allié et un partenaire de poids de l’OTAN, les néo‑démocrates estiment que le gouvernement du Canada doit absolument condamner ces gestes, défendre les valeurs canadiennes, et exiger que le gouvernement turc respecte les droits de la personne, protège les institutions démocratiques et maintienne la règle de droit.