NDP WILL LAUNCH A COMMISSION OF INQUIRY ON MISSING AND MURDERED INDIGENOUS WOMEN IN ITS FIRST 100 DAYS IN POWER

FOR IMMEDIATE RELEASE

 OTTAWA – An NDP government would launch a national inquiry into the cases of the 1,200 Indigenous women that have been killed or gone missing over the last 30 years in its first 100 days in power. 

 “Enough is enough. Stephen Harper has made it clear that he has no intention of doing the right thing. But I can promise that, if the NDP forms government in 2015, we will launch an investigation into murdered and missing Indigenous women,” said the leader of the Official Opposition, Tom Mulcair.

 A recent RCMP report revealed that approximately 1,200 Indigenous women have been murdered or gone missing over the last 30 years. Young Indigenous women are far more likely to be murdered than other young women.

 “Police investigations just aren’t enough,” added Mr. Mulcair. “It is inconceivable that we, as a country, allowed this situation to continue. We urgently need to acknowledge the systemic aspect of this crisis instead of ignoring or dismissing it. All Canadians deserve to live in safety.”

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
27 août 2014

 LE NPD METTRA EN PLACE UNE COMMISSION D’ENQUÊTE SUR LES FEMMES AUTOCHTONES DISPARUES OU ASSASSINÉES DANS SES 100 PREMIERS JOURS AU POUVOIR

 OTTAWA –  Un gouvernement du NPD mettra en place une commission d’enquête nationale au cours de ses 100 premiers jours au pouvoir afin de jeter la lumière sur les quelque 1200 femmes autochtones portées disparues ou assassinées depuis 30 ans.

 « Assez tergiversé. Il est maintenant clair que Stephen Harper ne fera pas le bon geste. Mais je peux vous promettre que, si le NPD  forme le gouvernement en 2015, nous mettrons en place une enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées », a indiqué le chef de l’Opposition officielle, Thomas Mulcair.

 Un récent rapport de la Gendarmerie royale du Canada révélait qu’environ 1200 femmes autochtones avaient été portées disparues ou avaient été assassinées au cours des 30 dernières années. Les jeunes femmes autochtones sont beaucoup plus susceptibles d’être victime d’un meurtre que toutes les autres jeunes femmes du pays.

« Les enquêtes policières ne suffisent pas, a ajouté M. Mulcair. Il est inconcevable que nous ayons laissé perdurer une telle situation. Il est urgent d’admettre l’aspect systémique de cette crise au lieu de le rejeter du revers de la main. Tous les Canadiens et toutes les Canadiennes méritent de vivre en sécurité. »