NDP: Victory for CUPW demonstrates need for pay equity legislation

OTTAWA – Today, an arbitrator ruled that Rural and Suburban Mail Carriers (RSMC) do equal work to urban letter carriers, and acknowledged the wage gap between the two groups, siding with the methodology presented by the Canadian Union of Postal Workers (CUPW).

“This is a huge victory for CUPW, and women, who make up two-thirds of the RSMC,” said Irene Mathyssen, NDP Critic for Canada Post. “Canada Post has deprived rural and suburban mail carriers of equal wages for decades. This pay equity settlement has been a long time coming!”

The decision rendered today comes after months of hearings and a process that began in 2016, and asks that CUPW and Canada Post determine the compensation award before August 31st of this year. “It is time to address this injustice and time for Canada Post to stop exploiting its workers,” added Karine Trudel, NDP Labour Critic.

While this is clearly a victory for CUPW and employees, the NDP is pushing the Liberal government to end this unacceptable inequity once and for all by legislating and funding pay equity. Due to Liberal inaction, women are left without pay equity legislation, and not a single dime was committed to fund the implementation of pay equity in Budget 2018.

“The Liberals promised pay equity over 40 years ago, and 14 years have passed since the 2004 Pay Equity Task report called for pay equity legislation. Women shouldn’t have to fight in court to have equal pay for equal work,” said Sheila Malcolmson, NDP Equality Critic. “The fact that Canada Post workers are still fighting shows how badly we need proactive federal legislation. Women are tired of waiting!”

* * * 

1 juin 2018

UNE VICTOIRE AU STTP MONTRE QUE LE FÉDÉRAL DOIT AGIR POUR L’ÉQUITÉ SALARIALE

OTTAWA – Une arbitre a établi aujourd’hui que les factrices et facteurs ruraux et suburbains (FFRS) effectuent un travail équivalent à celui des factrices et facteurs en milieu urbain, et elle a reconnu l’écart salarial entre les deux groupes. Elle se range ainsi derrière la méthodologie présentée par le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP).

« C’est une énorme victoire pour le STTP et pour les femmes, qui forment les deux tiers des effectifs des FFRS, a déclaré la porte-parole du NPD pour Postes Canada, la députée Irene Mathyssen. Postes Canada a privé les factrices et facteurs ruraux et de banlieues de la parité salariale durant des décennies. Ce règlement sur l’équité salariale était attendu depuis longtemps! »

La décision rendue aujourd’hui survient après des mois d’audiences et un procès entamé en 2016. Elle demande que le STTP et Postes Canada déterminent l’indemnité à accorder avant le 31 août de cette année. « Il était grand temps de régler cette injustice et que Postes Canada cesse d’exploiter ses travailleuses.» », a ajouté Karine Trudel, porte-parole du NPD en matière de travail.

Bien qu’il s’agisse clairement d’une victoire pour le STTP et pour les employées des postes, le NPD demande au gouvernement libéral de mettre fin une fois pour toutes à ces inégalités inacceptables en adoptant des mesures législatives et en finançant l’équité salariale. En raison de l’inaction des libéraux, les femmes se retrouvent sans loi sur l’équité salariale, et pas un sou n’a été engagé dans le budget de 2018 pour financer la mise en œuvre de l’équité salariale.

« Les libéraux ont promis l’équité salariale il y a déjà plus de 40 ans, et plus de 14 années se sont écoulées depuis le dépôt du rapport de 2004 du Groupe de travail sur l'équité salariale qui demandait une loi sur l’équité salariale. Les femmes ne devraient pas avoir à aller se battre en cour pour obtenir un salaire égal pour un travail équivalent, a affirmé Sheila Malcolmson, porte-parole du NPD en matière d’égalité des femmes. Le fait que les travailleurs et travailleuses de Postes Canada se battent encore montre à quel point nous avons besoin d’une loi fédérale proactive. Les femmes en ont assez d’attendre. »