NDP Statement on the UN International Day of the World's Indigenous Peoples

NDP Critic for Indigenous and Northern Affairs, Romeo Saganash (Abitibi-Baie James-Nunavik-Eeyou) and MP Georgina Jolibois (Desnethé-Missinippi-Churchill River), made the following statement on the International Day of the World’s Indigenous Peoples: 

This year, the International Day of the World’s Indigenous Peoples marks the 10th anniversary of the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. The Declaration represents an important human rights instrument that articulates the rights of Indigenous Peoples and the minimum standards for their survival, dignity and well-being.

“This recognition is necessary for reconciliation, and a renewed and sincere nation-to-nation relationship. We can’t change the past; however, we can be honest and educate ourselves so that history does not repeat itself. Through a sense of hope, we can develop a path forward together, as our ancestors intended. Honouring the letter, spirit and intent of the Declaration is the responsibility every Canadian” said Jolibois.

Trudeau talks about re-establishing a “nation-to-nation” relationship with Indigenous Peoples in Canada. However, the Liberal government continues to violate the Constitution and the Charter of Rights and Freedoms by denying the same human rights standards for First Nations children that others enjoy.

New Democrats have built strong relationships with First Nations, Inuit and Métis communities and work continually to echo their priorities and perspectives in the House of Commons so that their message is heard daily by all Members. We value social responsibility in global affairs and we know to include indigenous rights in our relations with other states. We will continue to hold the Canadian government accountable to Indigenous Peoples.

“We must continue in our policies and actions to ensure that the Government of Canada is guided by the values of meaningful consultation, respect for inherent and treaty rights, the wisdom of Indigenous elders as well as the Royal Commission on Aboriginal Peoples, the Truth and Reconciliation Commission’s calls to action and the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples,” Saganash emphasized.

* * *

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
9 août 2017

DÉCLARATION DU NPD À L’OCCASION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES PEUPLES AUTOCHTONES

Le porte-parole pour les affaires autochtones et du Nord, Romeo Saganash (Abitibi–Baie-James–Nunavik–Eeyou), et la députée Georgina Jolibois (Desnethé–Missinippi–Rivière Churchill), ont émis la déclaration suivante à l’occasion de la Journée internationale des peuples autochtones :

Cette année, la Journée internationale des peuples autochtones coïncide avec le 10e anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Cette Déclaration constitue un instrument important au chapitre des droits de la personne. Elle énonce les droits des peuples autochtones ainsi que les normes minimales relatives à leur survie, à leur dignité et à leur bien-être.

« Cette reconnaissance est nécessaire à la réconciliation et à une relation de nation à nation renouvelée et sincère. Nous ne pouvons pas changer le passé. Toutefois, nous pouvons être honnêtes et nous éduquer afin que l’histoire ne se répète pas. En misant sur l’espoir, nous pouvons tracer ensemble le chemin à suivre, comme nos ancêtres l’auraient voulu. Le fait d’honorer la lettre, l’esprit et l’objectif de la Déclaration est une responsabilité que partagent tous les Canadiens », a déclaré Georgina Jolibois.

Justin Trudeau parle de réinstaurer une relation « de nation à nation » avec les peuples autochtones au Canada. Cependant, le gouvernement libéral continue de violer la Constitution et la Charte des droits et libertés en privant les enfants des Premières Nations de droits de la personne dont les autres enfants profitent.

Les néo-démocrates ont tissé des liens solides avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, et ils cherchent continuellement à faire entendre les priorités et les perspectives de ces communautés à la Chambre des communes, afin que leurs messages soient entendus quotidiennement par tous les députés. Nous accordons une grande valeur à la responsabilité sociale en matière d’affaires mondiales, et nous savons inclure les droits des peuples autochtones dans nos relations avec d’autres États. Nous continuerons d’obliger le gouvernement canadien à rendre des comptes aux peuples autochtones.

« Nous devons, par nos politiques et nos actions, continuer à nous assurer que le gouvernement du Canada est guidé par des valeurs de consultation significative, par le respect des droits inhérents et issus des traités, la sagesse des aînés autochtones, la Commission royale sur les peuples autochtones, les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation, et la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones », a ajouté Romeo Saganash.