NDP statement on the situation in Nicaragua

NDP Critic for Foreign Affairs, Hélène Laverdière, and NDP Critic for International Human Rights, Cheryl Hardcastle, made the following statement: 

“New Democrats are deeply concerned by the deteriorating human rights situation in Nicaragua. We are alarmed by attacks on Wednesday’s mass demonstration led by the mothers of those who lost their lives as a result of violent state repression in Nicaragua. According to Amnesty International, these violent attacks on peaceful demonstrators were led by police and pro-government armed groups.

We unequivocally condemn the 'shoot-to-kill' policy of President Ortega’s government, revealed by Amnesty International. The Nicaraguan Center for Human Rights (CENIDH) and the Inter-American Commission on Human Rights (IACHR) have confirmed dozens of deaths and close to one thousand injured in recent weeks, with fears that violence will worsen over coming days.

Nicaraguan authorities continue to use a policy of state repression, including the use of excessive force, extrajudicial killings, pro-government armed squads, and control of the media in order to stop protests.

We are encouraged that the Inter-American Commission on Human Rights (IACHR) and the General Secretariat of the Organization of American States (OAS) obtained the consent of the Nicaraguan State to create an international mechanism to investigate violent events that have occurred in the country since April 18.

We strongly urge the Government of Canada to provide its full support to the IACHR during its investigations. We also urge Canada to call upon its Nicaraguan counterparts to put an immediate end to the violence, cease its repression of the Nicaraguan people, and restore respect for human rights and the rule of law.”

* * * 

4 juin 2018

DÉCLARATION DU NPD SUR LA SITUATION AU NICARAGUA

La porte-parole du NPD en matière d’Affaires étrangères, Hélène Laverdière, et la porte-parole du NPD en matière de Droits internationaux de la personne, Cheryl Hardcastle, ont émis la déclaration suivante :

« Les néodémocrates sont très inquiets face à la situation des droits de la personne au Nicaragua. Nous sommes préoccupés par les attaques survenues mercredi à l’endroit de la grande manifestation menée par les mères des personnes qui ont perdu la vie à cause de la violente répression de l’État au Nicaragua. Selon Amnistie internationale, ces violentes attaques à l’endroit de manifestants pacifiques ont été dirigées par la police et des groupes armés progouvernementaux.

Nous condamnons sans équivoque la politique du gouvernement du président Ortega, qui consiste à "tirer pour tuer", selon ce qu’a révélé Amnistie internationale. Le Centre nicaraguayen des droits de l’homme (CENIDH) et la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) ont confirmé des douzaines de morts et près d’un millier de blessés au cours des dernières semaines, et ils craignent que la violence n’empire au cours des prochains jours.

Les autorités nicaraguayennes continuent d’utiliser une politique de répression étatique, qui inclut l’utilisation de force excessive, des exécutions extrajudiciaires, des escouades armées progouvernementales et le contrôle des médias dans le but de mettre un terme aux protestations.

Nous sommes encouragés par le fait que la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) et le Secrétariat général de l’Organisation des États américains (OEA) aient obtenu l’accord de l’État nicaraguayen pour mettre en place un mécanisme international pour enquêter sur les événements violents survenus au pays depuis le 18 avril dernier.

Nous exhortons le gouvernement du Canada d’offrir tout le soutien possible à la CIDH durant ses enquêtes. Nous incitons également le Canada à demander au Nicaragua d’immédiatement mettre fin à la violence, de cesser sa répression du peuple nicaraguayen et de rétablir le respect des droits de la personne et l’État de droit. »