NDP statement on the anniversary of the 1984 Sikh genocide

NDP STATEMENT ON THE ANNIVERSARY OF THE 1984 SIKH GENOCIDE

Today, the NDP's Parliamentary Leader, Guy Caron made the following statement in the House of Commons:

“‘It was not riot, it was genocide.’

Mr. Speaker, these are the words of Rajnath Singh, India’s Home Minister. Today and for the next three days, Sikh Canadians and Human Rights Advocates will mark the 33rd anniversary of the 1984 Sikh Genocide.

Sikh men were burned alive. Women were subject to unthinkable sexual violence and children were murdered in gruesome fashion.

Many, including, Former Indian Supreme Court Justice, GT Nanavati have pointed out that state resources were instrumental in these pre-meditated killings.

I am reminded that thousands of Canadians live with this pain as survivors and bearers of intergenerational trauma.

Both the Delhi Assembly and the Ontario Legislature have recognized these atrocities as genocide.

I stand in this place in hopes that someday soon, the House of Commons and this government will do the same.

The path to reconciliation will not be easy, but for the victims and survivors, today we remember.”

* * *

1 novembre 2017

DÉCLARATION DU NPD SUR L'ANNIVERSAIRE DU GÉNOCIDE DES SIKHS DE 1984

Aujourd'hui, le chef parlementaire du NPD, Guy Caron, a fait la déclaration suivante à la Chambre des communes:

« “Ce n’était pas une émeute, c’était un génocide. ”

Monsieur le Président, ce sont là les mots de Rajnath Singh, ministre de l’Intérieur de l’Inde. Aujourd’hui et pour les trois prochains jours, les sikhs du Canada et les défenseurs des droits de la personne souligneront le 33e anniversaire du génocide des sikhs, survenu en 1984.

Des hommes sikhs ont été brûlés vifs. Des femmes ont été soumises à des violences sexuelles inimaginables et des enfants ont été tués de façon horrible.

Bien des gens, y compris l’ancien juge de la Cour suprême G. T. Nanavati, ont signalé que des ressources de l’État ont joué un rôle important dans cette tuerie préméditée.

Je me souviens que des milliers de Canadiens vivent avec cette douleur en tant que survivants et porteurs de ce traumatisme intergénérationnel.

L’Assemblée de Delhi et l’Assemblée législative de l’Ontario ont reconnu que ces atrocités constituaient un génocide.

Je me tiens ici dans l’espoir que bientôt, la Chambre des communes et ce gouvernement en feront autant.

La voie vers la réconciliation ne sera pas facile, mais pour les victimes et les survivants, aujourd’hui, nous nous souvenons. »