NDP statement on the 1st anniversary of the Quebec City mosque shooting

NDP Parliamentary Leader, Guy Caron, made a speech in the House of Commons on the 1st anniversary of the mosque shooting in Quebec City.

To see the full statement click here

“Because of hate, 17 children are now orphans. They are orphans because their fathers were killed simply for being Muslim. On January 29, 2017, Khaled, Azzedine, Aboubaker, Mamadou, Ibrahima, Abdelkrim and others made their way to the Grande mosquée de Québec. It was a winter night like any other. Peaceful. But that night, an act of terrorism changed their lives, and ours, forever. A year ago, Islamophobia changed lives forever in Quebec City, and across Canada.

Today, on this day of commemoration, we must ask ourselves: what lessons have we learned? Has the tone of the discussion changed? Has it worsened? The regrettable answer to these questions is that hate crimes have not diminished, especially not online, or on social media. Harassment in the street —especially for Muslim women —continues, including violent acts. Just this summer, the car belonging to the president of the Centre culturel islamique de Québec was set ablaze in front of his home.

There is reason for hope. The day after the shooting at the Grande mosquée de Québec, 6,000 people in Québec city and 15,000 people in Montréal joined thousands across the country to stand in solidarity with the families of the victims. They gathered to not only mark the tragedy, but to stand and denounce racism, Islamophobia, and populist hate. Standing in the thousands, candles in hand, enduring freezing temperatures, they showed us the path we all must take — the path of solidarity in the face of division; the path of openness instead of suspicion based on ignorance.

As our leader Jagmeet Singh has said: “We must champion a politics of love to fight the growing politics of hate and a politics of courage to fight the politics of fear.”

* * *

29 janvier 2018

DÉCLARATION DU NPD À L’OCCASION DU 1er ANNIVERSAIRE DE LA TUERIE À LA MOSQUÉE DE QUÉBEC

Le chef parlementaire du NPD, Guy Caron, a fait une déclaration à la Chambre des communes à l’occasion du 1er anniversaire de la tuerie à la mosquée de Québec. Pour lire la déclaration complète, cliquez ici.

« Aujourd’hui, 17 enfants sont orphelins. 17 enfants sont orphelins à cause de la haine. 17 enfants sont orphelins parce que leurs pères ont été tués, tout simplement parce qu’ils étaient musulmans. Le 29 janvier 2017, Khaled, Azzedine, Aboubaker, Mamadou, Ibrahima, Abdelkrim, et des dizaines d’autres, se sont rendus à la grande mosquée de Québec. C’était un soir d’hiver comme les autres. Paisible. Mais ce soir-là, un acte terroriste a changé leurs vies – nos vies – à jamais. Il y a un an, l’islamophobie a changé des vies pour toujours, dans la ville de Québec, et partout au Canada.

Aujourd’hui, en cette journée de commémoration, nous devons nous demander : est-ce que des leçons ont été tirées? Est-ce que les discours ont changé? Est-ce que le ton a baissé? La vérité, c’est que les gestes haineux n’ont pas cessé, surtout en ligne. Surtout sur les réseaux sociaux. Le harcèlement dans la rue – ciblant surtout des femmes musulmanes – continue. Et des gestes violents ont lieu, encore trop souvent. N’oublions pas que cet été, la voiture du président du Centre culturel islamique de Québec a été incendiée devant sa résidence.

Au lendemain de la tuerie à la mosquée de Québec, 6 000 personnes se sont rassemblées à Québec et 15 000 personnes à Montréal, et des milliers d’autres dans des communautés partout au Canada, pour témoigner de leur solidarité envers les familles touchées. Pas seulement pour commémorer la tragédie, mais pour dénoncer le racisme, l’islamophobie et le populisme haineux. Ces milliers de personnes rassemblées, chandelles à la main par un froid glacial, elles nous montrent la voie à suivre. La voie de la solidarité devant la division. La voie de la rencontre, de l’ouverture, plutôt que la méfiance qui ne tient à rien, autrement qu’à la méconnaissance.

Comme l’a dit notre chef Jagmeet Singh, nous devons mettre de l’avant des politiques d’amour pour contrer les politiques de haine qui s’intensifient. Et nous avons besoin de politiques courageuses pour combattre les politiques de la peur. »