NDP statement on situation in Honduras

Statement by NDP Foreign Affairs Critic, Hélène Laverdière, and NDP Vice-Chair of Sub-committee on International Human Rights, Cheryl Hardcastle: 

"New Democrats are deeply concerned about the political and human rights crisis in Honduras developing since the national elections were held on November 26.

There is substantial evidence of voting irregularities, including voter intimidation, delays in communication of results, and voter fraud that favour the incumbent National Party candidate, President Juan Orlando Hernández. The opposition has called for the election to be held again under the supervision of an international electoral tribunal.

The resulting political crisis has deepened over the past week, with reports of widespread protests by tens of thousands of Hondurans and fears of further government repression by security forces. Reports indicate at least eight deaths and scores injured and detained.

This is the worst political crisis Honduras has faced in years. Canada has an important role to play in promoting human rights in Honduras, given Honduras benefits from Canada’s largest bilateral development program in Central America. However, New Democrats note that Canada’s relationship with Honduras has for years been overly dominated by trade interests at the expense of human rights.

New Democrats call on the Canadian government to suspend political support of the Honduran government until election results can be scrutinized by international observers and declared free and fair. We further call on the Canadian government to demand the government of Honduras respect the constitutional rights and human rights of Hondurans."

* * * 

DÉCLARATION DU NPD SUR LA SITUATION AU HONDURAS

Déclaration émise par la porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière, et la vice-présidente du Sous-comité des droits internationaux de la personne, Cheryl Hardcastle :

« Les néo-démocrates sont profondément inquiets de la crise touchant la politique et les droits de la personne au Honduras, qui évolue depuis la tenue des élections nationales, le 26 novembre.

Des preuves considérables témoignent d’irrégularités entourant les votes, y compris de l’intimidation des électeurs, des retards dans la communication des résultats et de la fraude électorale favorisant le président sortant, Juan Orlando Hernández, candidat du Parti national. L’opposition a demandé à ce que des élections se tiennent à nouveau sous la supervision d’un tribunal électoral international.

La crise politique qui en découle s’est intensifiée au cours de la dernière semaine; on relate des manifestations généralisées auxquelles participent des dizaines de milliers de Honduriens, et on craint une répression du gouvernement par l’entremise des forces de sécurité. On rapporte au moins huit morts et de nombreuses personnes blessées ou incarcérées.

C’est la pire crise politique à laquelle le Honduras fait face depuis des années. Le Canada a un rôle majeur à jouer en ce qui concerne la promotion des droits de la personne au Honduras, étant donné que ce pays bénéficie du plus important programme de développement bilatéral du Canada en Amérique centrale. Cependant, les néo-démocrates notent que la relation du Canada avec le Honduras a été depuis des années dominée exagérément par des intérêts commerciaux, au détriment des droits de la personne.

Les néo-démocrates demandent au gouvernement du Canada de suspendre son soutien politique au gouvernement hondurien tant que les résultats des élections n’auront pas été examinés par des observateurs internationaux, et déclarés libres et justes. Nous demandons en outre au gouvernement du Canada d’exiger que le gouvernement du Honduras respecte les droits constitutionnels et les droits de la personne de son peuple. »