NDP statement on historic vote in Commons affirming the rights of Indigenous Peoples

NDP Reconciliation Critic, Romeo Saganash, made the following statement on the passage of his Private Member’s Bill C-262 today in the House of Commons. The Bill will now proceed to the Senate.

“In September 2007, the UN General Assembly adopted the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. It was such an important moment in the history of the United Nations, and also in the history of 400 million Indigenous People throughout more than 70 countries. Today, I would suggest, is an equally important moment for this Parliament, for Indigenous Peoples, and indeed for all Canadians in this country. Bill C-262 is probably the most important bill Parliament has considered in a long time.

It is important, because Human Rights instruments like the Declaration on the Rights of Indigenous Peoples forge proper relationships and partnerships between governments and Indigenous Peoples.

I am saying that Canadians want reconciliation. They believe in the importance of justice for Indigenous Peoples in Canada. It is 2018 and Canadians believe that it is finally time to recognize that Indigenous rights are also human rights. A country such as Canada must adopt the rights enshrined in the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.

I want to express my thanks to the many Indigenous and non-Indigenous organizations and communities across this country that have supported and endorsed Bill C-262 through resolution.

There cannot be reconciliation in the absence of justice. I spent 10 years in residential school. I should have been bitter the rest of my life, because it was not my choice to go - I was forced. However, when I came out of the residential school, I set out to reconcile with the people who put me away. Bill C-262 is all about that reconciliation. Today, I extend a hand to all Members of Parliament and to all Canadians across the country who voted for and supported justice, reconciliation and what is fundamentally right.

In the 151st year of this country all Canadians have a momentous occasion to continue doing the right thing when it comes to the fundamental rights of Indigenous Peoples.”

* * *

DÉCLARATION DU NPD SUR LE VOTE HISTORIQUE EN CHAMBRE AFFIRMANT LES DROITS DES PEUPLES AUTOCHTONES


Le porte-parole du NPD en matière de réconciliation, le député Romeo Saganash, a fait la déclaration suivante après l’adoption de son projet de loi d’initiative parlementaire C-262, aujourd’hui à la Chambre des communes. Le projet de loi sera maintenant envoyé au Sénat.

« En septembre 2007, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Il s’agissait d’un moment marquant dans l’histoire des Nations Unies, et aussi dans l’histoire de 400 millions d’Autochtones répartis dans plus de 70 pays. Aujourd’hui, je dirais que c’est un moment tout aussi marquant pour ce Parlement, pour les peuples autochtones et, en fait, pour toutes les personnes vivant au Canada. Le projet de loi C-262 est sans doute l’un des plus importants que le Parlement a étudié depuis longtemps.

Il est important parce que les instruments relatifs aux droits de la personne, comme la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, forgent des relations et des partenariats adéquats entre les gouvernements et les peuples autochtones.

J’affirme que la population canadienne souhaite la réconciliation. Elle croit à l’importance de la justice pour les peuples autochtones. Nous sommes en 2018, et la population canadienne croit qu’il est enfin temps de reconnaître que les droits des Autochtones sont aussi des droits de la personne. Un pays comme le Canada se doit d’adopter les droits enchâssés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Je souhaite exprimer mes remerciements aux nombreuses organisations autochtones et non autochtones qui, partout au pays, ont appuyé et soutenu le projet de loi C-262 au moyen de résolutions.

Il ne peut pas y avoir de réconciliation en l’absence de justice. J’ai passé 10 années dans un pensionnat autochtone. J'aurais dû être amer pour le reste de ma vie, parce que ce n’était pas mon choix d’y aller. J’ai été forcé de le faire. Cependant, quand je suis sorti du pensionnat autochtone, j’ai entrepris de me réconcilier avec les gens qui m’avaient enfermé. Le projet de loi C-262 porte essentiellement sur cette réconciliation. Aujourd’hui, je tends la main à l’ensemble de la députation au Parlement, ainsi qu’à tous les Canadiens et toutes les Canadiennes qui ont voté pour la justice, la réconciliation et le bien fondamental, et qui ont appuyé ces principes.

En ce 151e anniversaire du pays, la population canadienne dans son ensemble a une occasion mémorable de faire la bonne chose en ce qui concerne les droits des peuples autochtones. »