NDP secures transparency on forced sterilization in Canada

OTTAWA – On Tuesday, NDP Health Critic, Don Davies (Vancouver – Kingsway) secured a key meeting on the forced sterilization of women in Canada at the Standing Committee on Health. Davies won unanimous support from his colleagues when he moved a motion calling for the Department of Health to provide a briefing, at the earliest opportunity, on forced sterilization, which has disproportionately impacted Indigenous women. This follows NDP Women’s Equality Critic Sheila Malcolmson (Nanaimo – Ladysmith)’s win at the Status of Women committee last week, where her similar motion resulted in Indigenous Services Canada officials appearing to answer questions at committee on Monday. Attempts to pass another motion at Indigenous Affairs and Northern Affairs committee by NDP MPs Rachel Blaney and Niki Ashton were also made.

“Forced sterilization is an appalling form of violence against women and it’s critical that we investigate these horrific acts without delay,” said Davies. “Amnesty International has confirmed that this constitutes a form of torture as defined by the United Nations. It is imperative we explore the scope and causes, and seek accountability and justice for these women. Canada’s health care system must always uphold fundamental human rights.”

Sixty Indigenous women are currently engaged in a class action lawsuit alleging that they were subjected to forced sterilization in our health care system. Some instances occurred as late as 2017. The NDP has been pushing at multiple committees for in-depth studies and ministerial briefings on the matter of forced sterilization, and while the larger asks were not adopted by other parties, the NDP has successfully secured two briefings with department officials. New Democrats will continue to push for longer term, in-depth studies to ensure no woman has to face forced sterilizations again.

“The UN condemnation reveals the Liberal government’s failure to protect Indigenous women from this horrific violation of human rights,” added Malcolmson. “If the Prime Minister is committed to both reconciliation and ending violence against Indigenous women, he can do so by acting now and explicitly prohibit sterilization without free, full, and informed consent.”

* * *

11 décembre 2018

LE NPD ASSURE LA TRANSPARENCE SUR LES STÉRILISATIONS FORCÉES AU CANADA

OTTAWA – Mardi, le porte-parole du NPD en matière de santé, Don Davies (Vancouver Kingsway) a obtenu qu’une importante réunion du Comité permanent de la santé ait lieu sur la stérilisation forcée des femmes au Canada. M. Davies a récolté l’appui unanime de ses collègues lorsqu’il a présenté une motion demandant au ministère de la Santé de fournir, dès que possible, un exposé sur la stérilisation forcée, qui touche de manière disproportionnée les femmes autochtones. Cela fait suite au gain obtenu la semaine dernière par la porte-parole du NPD en matière d’égalité des femmes, Sheila Malcolmson (Nanaimo–Ladysmith) au Comité de la condition féminine, où sa motion semblable a fait en sorte que des fonctionnaires du ministère des Services aux Autochtones ont comparu devant le Comité lundi pour répondre à des questions. Les députées du NPD Rachel Blaney et Niki Ashton avaient aussi tenté de faire adopter une autre motion au Comité des affaires autochtones.

« La stérilisation forcée est une forme de violence épouvantable envers les femmes, et il est essentiel que nous enquêtions immédiatement sur ces gestes horribles, a déclaré M. Davies. Amnistie internationale a confirmé que cela constitue une forme de torture telle que définie par les Nations Unies. Il est impératif que nous en analysions l’étendue et les causes, que nous demandions des comptes et que nous cherchions à obtenir justice pour ces femmes. Le système de santé du Canada doit toujours respecter les droits humains fondamentaux. »

Soixante femmes autochtones ont intenté un recours collectif en affirmant avoir été sujettes à la stérilisation forcée dans notre système de santé, parfois aussi récemment qu’en 2017. Le NPD a demandé dans de nombreux comités à ce que des exposés ministériels sur la stérilisation forcée aient lieu et que des études approfondies sur le sujet soient entreprises. Bien que la plupart des demandes n’aient pas été appuyées par les autres partis, le NPD a réussi à obtenir deux présentations avec des fonctionnaires des ministères. Les néo-démocrates vont continuer de mettre de la pression pour que des études approfondies et à long terme soient menées afin de nous assurer que plus jamais une femme ne se retrouve dans cette situation.

« La condamnation par l’ONU illustre l’incapacité du gouvernement libéral à protéger les femmes autochtones de ces horribles violations de leurs droits humains, a ajouté Mme Malcolmson. Si l’engagement du premier ministre envers la réconciliation est sincère et s’il souhaite réellement mettre fin à la violence envers les femmes autochtones, il peut le faire en interdisant immédiatement et explicitement la stérilisation sans le consentement préalable, libre et éclairé. »