NDP REALITY CHECK: Prime Minister to Unemployed Canadians: "You Should Be Pleased”

Justin Trudeau's message to Canadians impacted by the economic downturn has changed dramatically over the past two months.

On February 3, the Prime Minister told Albertans:

"We campaigned on the need to improve EI so that families facing challenges, people getting laid off right across the country, get better access to more help in a more timely fashion…Nowhere is that clearer that there is a need for than right now and right here in Alberta.”

For good measure, he added:

"Quite frankly, Canadians help other Canadians when they are facing tough times. That's just how Canada works and that's what we're going to do.” (Globe and Mail, February 3)

But yesterday the Prime Minister informed the many, many Canadians left out of the Liberals' changes to EI that they "should be pleased that they are not hit as hard as other parts of the country and indeed the province have been.” (Canadian Press, March 29)

What happened to Canadians helping Canadians, Prime Minister?

 "It is unbelievable that the Prime Minister is telling Canadians hit hard by the economic downturn and struggling with high unemployment that they should be pleased it's not worse. Right now 800,000 unemployed Canadians are getting no help from the Liberal government.  Should they be pleased?  The Prime Minister should live up to his own word by delivering for all Canadians, starting with a universal threshold of 360 hours and extending benefits to all Canadians.” said Niki Ashton, NDP Critic for Employment and Workforce Development.

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

30 mars 2016

RAPPEL DES FAITS DU NPD: LE MESSAGE DU PREMIER MINISTRE AUX CHÔMEURS : « VOUS DEVRIEZ ÊTRE HEUREUX »

Le message de Justin Trudeau aux Canadiens touchés par le ralentissement économique a beaucoup changé au cours des deux derniers mois.

Le 3 février, le premier ministre disait aux Albertains :

« Nous avons fait campagne en promettant d'améliorer l'assurance-emploi pour aider les familles aux prises avec des défis et les gens qui perdent leur emploi partout à travers le pays, en leur donnant un meilleur accès à davantage de soutien et de manière plus rapide… Il n'y a pas un endroit où ce besoin apparait plus clairement qu'ici et maintenant en Alberta. »

Pour bien se faire comprendre, il a ajouté :

« Bien franchement, les Canadiens aident les autres Canadiens quand ils vivent des temps difficiles. C'est simplement la manière dont le Canada fonctionne et c'est ce que nous allons faire. » (Globe and Mail, 3 février)

Pourtant, il a dit hier aux très nombreux Canadiens exclus de ses modifications à l'assurance-emploi qu'ils devraient « être heureux de ne pas avoir été frappés aussi durement que d'autres régions du pays et de la province l'ont effectivement été. » (La Presse canadienne, 29 mars)

Alors que reste-t-il de cette vision des Canadiens qui doivent s'aider les uns les autres?

« Je n'arrive pas à croire que le premier ministre dise aux Canadiens durement frappés par le ralentissement économique et le niveau élevé du chômage qu'ils devraient être heureux que les choses ne soient pas pires. Actuellement, il y a 800 000 chômeurs au pays qui n'ont droit à aucune aide de la part du gouvernement libéral. Est-ce qu'ils devraient s'estimer heureux? Le premier ministre devrait tenir parole et aider l'ensemble des Canadiens, en commençant par adopter un seuil d'admissibilité universel de 360 heures et en élargissant l'accès aux prestations à tous les Canadiens. », a déclaré Niki Ashton, porte-parole du NPD en matière d'emplois et de développement de la main-d'œuvre.