NDP MP Ashton concludes national precarious work consultation with groundbreaking call to action

Critic for Jobs, Employment and Workforce Development Niki Ashton (Churchill—Keewatinook Aski) is challenging the federal government to tackle the emerging precarious work crisis faced by Canadians who belong to the Millennial generation.

At a press conference this morning, Ashton unveiled a call to action that reflects what she learned during months of consultations across Canada and a first-of-its-kind forum on precarious employment that she hosted on Parliament Hill in October. By working to create good jobs with fair wages, improving our social safety net, supporting our families, and improving access to postsecondary education, Canadians have told Ashton and the NDP that there is hope for the Millennial generation.

“Precariously-employed Canadians are on the front line of growing inequality in Canada. I have heard blunt, and often emotional stories about the hopelessness felt by young Canadians who are struggling without knowing when it’s going to get better,” said Ashton. “It is clear that Millennials reject the idea that we have to accept precarity as being inevitable.”

As the gap between Canada’s ‘haves’ and the ‘have-nots’ continues to grow, Millennial Canadians are searching for solutions to systemic challenges like skyrocketing tuition fees and student debt, the spread of low-wage employment and unpaid internships, weakened social programs that could ease precarious situations, and a lack of support for young families.

Ashton’s call to action is a challenge to the federal government to act on four core areas that are at the heart of growing Millennial inequality: jobs and employment, social programming, family supports, and access to postsecondary education. The federal government must act to start turning the tide and ending Canada’s Millenial precarious work crisis.

“Millennials are calling on the federal government to act,” added Ashton. “With the right federal leadership, we can make the bold choices needed to tackle rising precarity among Millennials and put a stop to growing inequality in Canada."

* * *

LA DÉPUTÉE NÉO-DÉMOCRATE NIKI ASHTON CONCLUT SES CONSULTATIONS SUR LE TRAVAIL PRÉCAIRE AVEC UN APPEL À L’ACTION SANS PRÉCÉDENT

OTTAWA­— La porte-parole du NPD en matière d’emplois et de développement de la main‑d’œuvre, Niki Ashton (Churchill—Keewatinook Aski) exhorte le gouvernement fédéral à s’attaquer à la crise émergente du travail précaire à laquelle font face les Canadiens appartenant à la génération Y.

Lors d’une conférence de presse tenue ce matin, Mme Ashton a lancé un appel à l’action qui reflète tout ce qu’elle a appris durant les consultations qu’elle a menées pendant des mois à l’échelle du pays et lors du forum inédit qu’elle a organisé sur la Colline du Parlement en octobre. Les Canadiens ont dit à Niki Ashton et au NPD qu’il y avait de l’espoir pour la génération Y si l’on travaillait de façon à créer de bons emplois assortis de salaires équitables, si l’on améliorait notre filet social, si l’on soutenait les familles et si l’on améliorait l’accès à l’éducation postsecondaire.

« Les Canadiens dont l’emploi est précaire sont les témoins directs de la croissance des inégalités au Canada. J’ai entendu des témoignages francs et souvent émotifs au sujet du désespoir ressenti par les jeunes Canadiens qui ont du mal à joindre les deux bouts et qui se demandent si les choses s’amélioreront un jour, a expliqué Mme Ashton. Il est évident que les membres de la génération Y rejettent l’idée selon laquelle il faut accepter la précarité comme un fait inévitable. »

Tandis que l’écart entre les plus nantis et les plus démunis continue de se creuser au Canada, les membres de la génération Y cherchent des solutions à des défis systémiques comme la hausse vertigineuse des droits de scolarité et de l’endettement étudiant, la prolifération des emplois mal payés et des stages non rémunérés, l’affaiblissement des programmes sociaux qui pourraient améliorer les situations précaires et le manque de soutien aux jeunes familles.

L’appel à l’action de Niki Ashton exhorte le gouvernement fédéral à agir dans quatre domaines qui sont au cœur de l’inégalité que subissent les membres de la génération Y : l’emploi, les programmes sociaux, le soutien à la famille et l’accès à l’éducation postsecondaire. Le gouvernement fédéral doit agir pour renverser la vapeur et mettre fin à la crise du travail émergent qui affecte la génération Y au Canada.

« La génération Y demande au gouvernement fédéral d’agir, a ajouté Niki Ashton. Avec un bon leadership à l’échelle fédérale, nous pouvons faire les choix audacieux qui s’imposent pour s’attaquer à la hausse de la précarité chez la génération Y et mettre fin aux inégalités croissantes au Canada. »