NDP: Liberals must strengthen financial accountablity on $7 billion of spending

OTTAWA – Today, NDP Treasury Board Critic Daniel Blaikie will serve notice of over 200 motions at the Government Operations and Estimates committee; one for each questionable item in Treasury Board Vote 40. The new and unprecedented mechanism, usually referred to as “Vote 40”, would grant over $7 billion to the government for new spending without meaningful parliamentary oversight.

“Canadians expect the government to be accountable to their elected representatives. It’s one of the longest-standing principles of our democracy,” said Blaikie. “Vote 40 exhibits a total contempt for Parliament by trying to dodge parliamentary oversight, just as the recent decision to buy a pipeline for billions of dollars without consulting Parliament shows disdain for accountability.”

Blaikie has tried a number of ways to bring attention to Vote 40 and have Parliament evaluate its repercussions, including writing to the President of the Treasury Board, following up with the Prime Minister in Question Period, appealing to the Speaker for an Emergency debate, and raising several points of order to argue that the Speaker should delete Vote 40 from the estimates altogether.

“Vote 40 seeks to dodge real accountability in Parliament. I am using every tool at my disposal to expose this new and unprecedented mechanism as an abuse of the public purse.” said Blaikie.

* * *

4 juin 2018

NPD: LES LIBÉRAUX DOIVENT RENFORCER LA TRANSPARENCE FINANCIÈRE POUR DES DÉPENSES DE 7 MILLIARDS $

Aujourd’hui, Daniel Blaikie, le porte-parole du NPD pour le Conseil du Trésor, présentera plus de 200 avis de motions au Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires, soit une motion pour chaque article douteux du crédit 40 du Conseil du Trésor. Ce nouveau mécanisme sans précédent, généralement appelé le « crédit 40 », accorderait plus de 7 milliards $ au gouvernement pour de nouvelles dépenses, sans surveillance parlementaire sérieuse.

« Les Canadiens et les Canadiennes s’attendent de leur gouvernement qu’il rende des comptes à leurs représentant.es élu.es au Parlement. Il s’agit d’un des principes les plus profondément ancrés de notre démocratie, a affirmé M. Blaikie, qui est porte-parole du NPD pour le Conseil du Trésor. Le crédit 40 reflète un total mépris du Parlement en essayant d’esquiver la surveillance parlementaire, de la même façon que la récente décision d’acheter un oléoduc pour des milliards de dollars démontre de l'indifférence pour la reddition de comptes. »

M. Blaikie a essayé divers moyens d’attirer l’attention sur le crédit 40 et d’obtenir que le Parlement évalue ses répercussions, notamment : en écrivant au président du Conseil du Trésor, en demandant au premier ministre à la période des questions, ainsi qu’en faisant appel au président de la Chambre pour la tenue d’un débat d’urgence et en soulevant plusieurs objections d’ordre en Chambre plaidant que le président devrait carrément supprimer le crédit 40 des prévisions budgétaires.

« J’utilise tous les outils à ma disposition pour faire connaître ce nouveau mécanisme sans précédent pour ce qu’il est : un abus des fonds publics qui tente d’esquiver la véritable obligation de rendre des comptes au Parlement » a déclaré M. Blaikie.