NDP: Liberals must match feminist rhetoric with action for women's equality

OTTAWA – While Canada marks Gender Equality Week, women continue to bear the brunt of decades of successive Liberal and Conservative government failures to invest in the systematic problems that undermine gender equality. Women would have more to celebrate if the Liberals actually got to work and fixed the fundamental inequality that remains all too prevalent in the lives of women, with many of these challenges faced more deeply by senior, racialized, and Indigenous women.


“These leadership failures have had long-standing effects on women’s economic insecurity. We’ve been hearing heartbreaking stories that start with the lack of pay equity legislation: women earn less than their spouses, so when families can’t find affordable child care given the current childcare crisis across Canada, it’s women that stay home or drop into part-time, precarious work. And without EI and pension reform, women often age in poverty with no safety net or savings,” said NDP Women’s Equality Critic, Sheila Malcolmson. “The Prime Minister’s feminist agenda has been tested, and he’s failed to act with urgency to ensure Canadian women do not fall deeper into precarious work and poverty.”

After nearly three years in power, the Liberal government has yet to introduce pro-active pay equity legislation, a National Childcare Strategy, a National Action Plan to end violence against women, or fundamental EI and pension reform that would benefit all women, including Indigenous women, racialized women, and women making lower-incomes.

“Despite the NDP's proposals, the government has not implemented any immediate measures to combat campus sexual violence, which particularly affects young women,” said Anne Minh-Thu Quach, NDP Deputy Critic for Women’s Equality. "Universal, affordable services and programs that benefit all women, no matter their age, ethnicity, or income bracket are the first step towards gender equality if this government truly wants everyone to benefit.”

* * *

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
25 septembre 2018

LES LIBÉRAUX DOIVENT TRANSFORMER LEUR RHÉTORIQUE FÉMINISTE EN ACTIONS POUR L’ÉGALITÉ DES FEMMES, SELON LE NPD

OTTAWA – Alors que le Canada souligne la Semaine de l’égalité des genres, les femmes continuent de subir les contrecoups des décennies de gouvernements libéraux et conservateurs successifs qui ont négligé d’investir pour régler les problèmes systémiques qui nuisent à l’égalité des genres. Les femmes auraient plus de choses à célébrer si les libéraux s’étaient réellement attelés à la tâche et avaient corrigé les inégalités fondamentales qui demeurent encore trop présentes dans la vie des femmes; des inégalités qui frappent encore davantage les femmes aînées, racialisées et autochtones.

« Ces échecs de leadership ont eu des effets à long terme sur l’insécurité économique des femmes. Nous avons entendu des histoires déchirantes qui commencent avec l’absence de loi sur l’équité salariale : les femmes gagnent moins que leur conjoint, alors quand une famille ne parvient pas à trouver un service de garde abordable en raison de la crise qui sévit partout au Canada, c’est la femme qui reste à la maison ou qui se retrouve en situation d’emploi précaire à temps partiel. De plus, sans réforme de l’assurance-emploi ou des pensions, les femmes vieillissent souvent dans la pauvreté, sans filet de sécurité ni épargne, a dénoncé la porte-parole du NPD en matière d’égalité des femmes, Sheila Malcolmson. Le programme féministe du premier ministre a été mis à l’essai, et force est de constater qu’il n’a pas agi avec l’urgence nécessaire pour assurer que les femmes canadiennes ne tombent pas davantage dans le travail précaire et la pauvreté. »

Après presque trois ans au pouvoir, le gouvernement libéral n’a toujours pas déposé de mesures législatives proactives sur l’équité salariale, de stratégie nationale sur les services de garde d’enfants, de plan d’action national pour mettre fin à la violence envers les femmes, ni de réforme de l’assurance-emploi ou des pensions qui profiteraient à toutes les femmes, notamment les femmes autochtones, racialisées ou à faible revenu.

«Malgré les propositions du NPD, le gouvernement ne met en place aucune mesure immédiate pour lutter contre les violences sexuelles sur les campus, qui touchent particulièrement les jeunes femmes, a ajouté Anne Minh-Thu Quach, porte-parole adjointe du NPD en matière d’égalité des femmes. Le premier pas vers l’égalité des genres, si ce gouvernement veut vraiment que tout le monde en bénéficie, c’est la création de services et de programmes universels et abordables qui avantagent toutes les femmes – peu importe leur âge, leur ethnie, ou leur revenu.»