NDP condemns genocide against Rohingya

Statement by Hélène Laverdière, NDP Foreign Affairs Critic and Cheryl Hardcastle, Vice-Chair of the House of Commons Subcommittee on International Human Rights:

"The NDP unequivocally condemns in the strongest of terms the unspeakable horrors detailed in a recent UN Fact-Finding Mission report on Myanmar. The 440-page report details the horrific atrocities waged against Rohingya men, women and children and calls for Myanmar’s military leaders to be brought to account on charges of genocide, crimes against humanity and war crimes. The rampant and shocking sexual and gender-based violence, attacks on children, the torture and the use of landmines are despicable acts that must be punished.

The international community has spent too much time dithering and too little time aggressively pursuing avenues of international justice. Four months ago, the House of Commons unanimously passed an NDP motion calling for justice for the Rohingya people. Aside from implementing some targeted sanctions, the government has done too little to support accountability efforts for the situation in Myanmar.

It is way past time for the government to support International Criminal Court efforts to bring senior leaders of Myanmar to justice, particularly in light of the ICC’s announcement to begin a preliminary investigation into the deportation of Rohingya Muslims to Bangladesh. The government must offer more financial and diplomatic support to ICC efforts, particularly at a time when it faces vehement antagonism from Trump’s United States.

In the meantime and in line with the government’s commitment to “redouble efforts in accountability and evidence-gathering,” as stipulated in the recent House of Commons motion, the government must show leadership in efforts to ensure evidence proving individual responsibility is collected and can be presented in a court of law.

Genocide is among the gravest international crimes, and will deeply impact the Rohingya people for generations to come. Canada must show leadership in the international community in the pursuit of justice for these crimes, lest this become another collective stain on the conscience of humanity. The Rohingya people have waited too long." 

* * *

19 septembre 2018

LE NPD CONDAMNE LE GÉNOCIDE CONTRE LES ROHINGYAS

Déclaration d’Hélène Laverdière, porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, et de Cheryl Hardcastle, vice-présidente du Sous-comité des droits internationaux de la personne de la Chambre des communes :

« Le NPD condamne fermement et sans équivoque les horreurs détaillées par la mission d’établissement des faits de l’ONU sur le Myanmar. Le rapport de 440 pages décrit en détail les atrocités commises envers les hommes, femmes et enfants rohingyas et il appelle la communauté internationale à poursuivre en justice les leaders militaires du Myanmar pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. L’utilisation choquante et généralisée de la violence sexuelle et basée sur le genre, les attaques envers les enfants, la torture et l’utilisation de mines antipersonnel sont des actes ignobles qui doivent être punis.

La communauté internationale a passé trop de temps à tergiverser et trop peu de temps à employer activement la voie de la justice internationale. Il y a de cela quatre mois, la Chambre des communes a adopté de façon unanime une motion du NPD appelant à la justice pour le peuple rohingya. Outre la mise en place de quelques sanctions ciblées, le gouvernement a fait trop peu pour soutenir les efforts de reddition de comptes au sujet de la situation au Myanmar.

Il est grand temps pour le gouvernement d’appuyer la Cour pénale internationale (CPI) afin de traduire les hauts dirigeants du Myanmar en justice, particulièrement à la lumière de l’annonce par cette dernière de l’ouverture d’une enquête préliminaire sur la déportation des musulmans rohingyas vers le Bangladesh. Dans un contexte où l’institution doit faire face à un véhément antagonisme de la part des États-Unis de Donald Trump, il est primordial que le gouvernement canadien soutienne davantage les initiatives de la CPI, financièrement et diplomatiquement.

Entre-temps, et en accord avec l’engagement du gouvernement « de redoubler les efforts déployés pour renforcer la responsabilisation et le rassemblement des preuves », tel que stipulé dans la récente motion de la Chambre des communes, le gouvernement doit faire preuve de leadership en s’assurant que les preuves qui permettent de prouver la responsabilité individuelle pour les massacres soient amassées et présentées en cour.

Le génocide est parmi les pires crimes, sur le plan international, et il aura un impact sur la communauté rohingya pendant plusieurs générations. Le Canada doit faire preuve de leadership au sein de la communauté internationale et faire tout en son pouvoir afin que justice soit rendue pour ces crimes, faute de quoi cet épisode deviendra un poids additionnel sur la conscience collective de l’humanité. Le peuple rohingya a attendu assez longtemps. »