Liberals reject oversight of Canadian arms exports

Government votes against NDP motion that would have established Parliamentary committee to investigate Canadian arms exports to human rights abusers

OTTAWA – The Liberal government today rejected an NDP motion to establish parliamentary oversight of Canadian arms exports, including to states with poor human rights records. The NDP motion would have established a multi-partisan committee empowered to examine all aspects of Canada’s current and future arms exports. A similar committee in the United Kingdom has investigated that country’s arms exports since 1999.

“This was a cynical, disappointing, and irresponsible vote by the Liberals,” said NDP Foreign Affairs Critic Hélène Laverdière (Laurier – Sainte-Marie), sponsor of the motion. “Canadians have a lot of questions about Canada’s arms exports to countries with questionable human rights records, and they deserve transparency and accountability from this government. Today, they got neither.”

Recent polls show that most Canadians disapprove of arms deals with human rights abusers. But Canadian weapons exports have nearly doubled over the last ten years, and Canada is now the second-largest arms dealer in the Middle East, including to countries with poor human rights records like Libya, Sudan and Saudi Arabia. Details on these Canadian arms exports remain scarce.

"Canadians are deeply concerned about human rights, especially following the many revelations about our arms exports to the Middle East and Africa," said Laverdière. “As Parliamentarians, we have a duty to ensure Canada is making the right choices and upholding human rights. With their shameful vote today, the Liberals have shown that they’d rather hide their heads in the sand than ensure transparency and accountability.”

* * *

4 octobre 2016

LES LIBÉRAUX S’OPPOSENT À LA SURVEILLANCE DES EXPORTATIONS CANADIENNES D’ARMES

Le gouvernement a voté contre la motion du NPD qui visait à établir un comité parlementaire chargé de faire enquête sur les exportations canadiennes d’armes aux pays qui violent les droits de la personne.

OTTAWA – Le gouvernement libéral a aujourd’hui rejeté la motion du NPD qui visait à mettre en place une surveillance parlementaire sur les exportations canadiennes d’armes, notamment à des États ayant de piètres bilans en matière de droit de la personne. La motion du NPD aurait permis la création d’un comité multipartite chargé d’examiner sous tous leurs aspects les exportations actuelles et futures d’armes du Canada. Au Royaume-Uni, un tel comité examine les exportations d’armes du pays depuis 1999.

« Il s’agit d’un vote cynique, décevant et irresponsable de la part des libéraux, a déclaré la porte-parole du NPD en matière d’affaires étrangères, Hélène Laverdière (Laurier – Sainte-Marie), marraine de la motion. Les Canadiens se posent beaucoup de questions au sujet des exportations d’armes canadiennes aux pays ayant des pratiques douteuses en matière de droits de la personne. Ils méritent de la transparence et de la responsabilité de la part de leur gouvernement. Aujourd’hui, ils n’ont eu ni l’une ni l’autre. »

Les sondages révèlent que la plupart des Canadiens voient d’un mauvais œil la vente d’armes aux pays violateurs des droits de la personne. Or, les exportations canadiennes d’armes ont presque doublé au cours des dix dernières années et le Canada est maintenant le deuxième plus important vendeur d’armes au Moyen-Orient. En effet, il vend des armes même aux pays qui ont de mauvais bilans en matière de droits de la personne comme la Libye, le Soudan et l’Arabie saoudite. Les détails se font rares au sujet de ces exportations.

« Les Canadiens sont profondément préoccupés par les droits de la personne, particulièrement depuis les révélations qui ont été faites au sujet de nos exportations d’armes au Moyen-Orient et en Afrique, a ajouté Hélène Laverdière. Nous, les parlementaires, avons le devoir de nous assurer que le Canada prend les bonnes décisions et participe à la défense des droits de la personne. Avec leur vote honteux d’aujourd’hui, les libéraux ont montré qu’ils préféraient se cacher la tête dans le sable plutôt que de veiller à la transparence et à la responsabilité. »