Historic motion on Papal apology passes in the Commons

OTTAWA – Today, the House of Commons voted in favour of the NDP’s motion to invite Pope Francis to issue a formal apology for the role of the Canadian Catholic Church in the establishment, operations and abuses of residential schools. This move responds to Call to Action 58 of the Truth and Reconciliation Commission’s report and is a critical step towards reconciliation.

“This is a hopeful day – a historic day - but the work is far from over,” said NDP MP and Indigenous Youth Critic, Charlie Angus. “Working together, transcending political stripes, and reaching out to Pope Francis to invite him on this journey to reconciliation is a necessary step, but is only one of many steps we need to take. We must do better for Indigenous Peoples every single day in order to move forward on a path of true healing for the crimes of the residential school era.”

Additionally, the motion calls on the Canadian Catholic Church to live up to their obligation and spirit of the 2006 Indian Residential School Settlement Agreement, including best-effort fundraising, and for them to make a sustained effort to turn over relevant documents when called upon by residential school survivors.

“If the government truly believes in reconciliation, they need to start turning words into real action. Residential school survivors cannot heal while the Canadian government continues to fight Indigenous Peoples in court, and fails to honour its most important relationship, the nation-to-nation relationship,” said NDP Reconciliation Critic, Romeo Saganash. “Let us remember today, and every day, that in order for us to move forward, those who attempted to destroy us need to recognize and take responsibility for what they’ve done, and never let history repeat itself.”

* * *

1 mai 2018

LA MOTION HISTORIQUE SUR LES EXCUSES PAPALES EST ADOPTÉE À LA CHAMBRE DES COMMUNES

OTTAWA – Aujourd’hui, la Chambre des communes a voté pour la motion du NPD visant à inviter le pape François à présenter des excuses officielles pour le rôle joué par l’Église catholique canadienne dans la mise en place, les opérations et les sévices des pensionnats autochtones. Cette initiative visait à répondre à l’appel à l’action 58 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation, et constitue une étape cruciale vers la réconciliation.

« C’est une journée remplie d’espoir, une journée historique, mais le travail est loin d’être terminé, a affirmé le député néo-démocrate Charlie Angus, porte-parole pour la jeunesse autochtone. Travailler ensemble, en transcendant les allégeances politiques, et tendre la main au pape François pour l’inviter à prendre part à ce cheminement vers la réconciliation est une étape nécessaire, mais ce n’est que l’une des nombreuses étapes qu’il faut franchir. Nous devons en faire davantage pour les peuples autochtones, chaque jour, afin de progresser sur la voie de la véritable guérison relativement aux crimes de l’époque des pensionnats autochtones. »

En outre, la motion demande à l’Église catholique canadienne de respecter son obligation et l’esprit de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2006, notamment en ce qui concerne le financement, et de faire des efforts soutenus pour remettre les documents pertinents lorsque les survivants et les survivantes des pensionnats autochtones les demandent.

« Si le gouvernement croit réellement en la réconciliation, il doit commencer à passer de la parole aux actes. Les survivants et survivantes des pensionnats autochtones ne peuvent pas guérir alors que le gouvernement canadien continue de se battre en cour contre les peuples autochtones et qu’il néglige d’honorer sa relation la plus importante, soit la relation de nation à nation, a ajouté le porte-parole du NPD en matière de réconciliation, Romeo Saganash. Rappelons-nous aujourd’hui, et chaque jour, que pour aller de l’avant, ceux qui ont tenté de nous détruire doivent reconnaître ce qu’ils ont fait et en assumer la responsabilité, et ne doivent jamais laisser l’histoire se répéter. »