CONSERVATIVES NOT DOING ENOUGH TO ADDRESS DRUG SAFETY

FOR IMMEDIATE RELEASE

OTTAWA – Conservative legislation to address drug safety doesn’t go far enough to protect Canadians, the NDP said today, and the Minister should be required to regularly disclose all information, both positive and negative, held by Health Canada on drug trials and adverse effects. Better drug safety hinges on improved regulations and clearer communication to the public of adverse risks, especially for off-label prescriptions.  

“Safe prescriptions depend on doctors and patients having all of the information that they need,” said Libby Davies (Vancouver East), NDP critic for Health. “But Bill C-17 leaves it up to the Minister to decide when and how to release information. As a result, Canadians are left in the dark when it comes to making an informed decision.”

A Toronto Star investigation today revealed that information on adverse effects from off-label prescriptions is not publicly available from Health Canada, even though it is available in the United States.  While Bill C-17 requires drug trials and adverse effects to be reported to Health Canada, it leaves the Minister with significant discretion regarding how and when that information is made public. The Conservatives rejected an NDP amendment to the bill that would have required mandatory disclosure of both positive and negative effects within a clear timeline.

“This is another example of how the Conservatives are failing Canadians when it comes to prescription drugs,” added Ms. Davies.  “First they rejected an NDP bill, which would have required mandatory disclosure of drug shortages. Now they are refusing to clearly identify drug safety issues.”

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Le 25 juin 2014

LES CONSERVATEURS N’EN FONT PAS ASSEZ POUR GARANTIR L’INNOCUITÉ DES MÉDICAMENTS

OTTAWA – Le projet de loi des conservateurs sur l’innocuité des médicaments ne protège pas adéquatement les Canadiens. Le NPD est d’avis que la ministre devrait être tenue de divulguer  régulièrement tous les renseignements dont dispose Santé Canada concernant les essais cliniques et les effets indésirables des médicaments.

La santé des Canadiens dépend de meilleures règles et d’une divulgation plus claire des risques potentiels, notamment de ceux liés aux médicaments prescrits à des fins non indiquées.

« Pour avoir des prescriptions sûres et adéquates, il faut que les médecins et les patients aient accès à tous les renseignements dont ils ont besoin, a souligné la porte-parole du NPD en matière de santé, Libby Davies (Vancouver-Est). Mais en vertu du projet de loi C‑17, la ministre a le pouvoir de décider à quel moment et de quelle façon les renseignements sont divulgués. Dans un tel contexte, il est beaucoup plus difficile pour les Canadiens de prendre des décisions éclairées. »

Aujourd’hui, une enquête du Toronto Star a révélé que les renseignements concernant les effets indésirables des médicaments prescrits à des fins non indiquées ne sont pas divulgués par Santé Canada, même si ces renseignements sont divulgués aux États-Unis. Bien que le projet de loi C‑17 oblige les fabricants à informer Santé Canada des résultats des essais cliniques et des effets indésirables des médicaments, il laisse à la ministre le pouvoir de décider à quel moment et de quelle façon les renseignements sont divulgués. Les conservateurs ont rejeté un amendement du NPD qui aurait obligé la ministre à divulguer selon un échéancier précis les renseignements relatifs aux effets positifs et négatifs des médicaments.

« Tout cela nous rappelle que les conservateurs gèrent très mal les dossiers liés aux médicaments d’ordonnance, a souligné Mme Davis. Ils ont rejeté un projet de loi du NPD, qui visait à rendre obligatoire la divulgation des pénuries de médicaments, puis ils refusent maintenant d’agir pour garantir l’innocuité des médicaments. »