CONSERVATIVES GIVE CHINA CONTROL OVER INVESTMENTS IN CANADA

Quiet ratification of FIPA locks Canada into a bad deal for 31 years

FOR IMMEDIATE RELEASE

OTTAWA – After a two year delay, the Conservatives today ratified a controversial Foreign Investment Promotion and Protection Agreement (FIPA) with China that will give China’s state-controlled companies the same protection under the law as private Canadian companies.

“Instead of admitting their mistake and getting a deal that actually benefits Canadian companies, the Conservatives have locked Canada into a badly one-sided agreement for the next three decades,” said NDP International Trade critic Don Davies (Vancouver Kingsway). “In effect, it will give China access to, and control over, some of Canada’s natural resources for the next 31 years, and subject Canadian taxpayers to enormous liabilities through investor lawsuits,” he underlined.

Davies reiterated the importance of engaging with China and other emerging markets, while providing clear rules that give confidence to investors and also protect and promote Canada’s interests. The FIPA, however, offers business advantages to Chinese companies without giving Canadian companies operating in China the same benefits. New Democrats led the fight against FIPA in Parliament, while the Liberals joined with the Conservatives to support the agreement.

“This deal was negotiated in secret, and no wonder – it does nothing to level the playing field and ratifying it is not in Canada’s best interest,” said Guy Caron, Deputy International Trade critic (Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques). “Canadians will pay the price for the Conservatives’ incompetent and secretive approach to this FIPA.”

 

* * *

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
12 septembre 2014

LES CONSERVATEURS DONNENT À LA CHINE UN CONTRÔLE DES INVESTISSEMENTS AU CANADA
La ratification secrète de l’APIE confine le Canada dans une mauvaise entente pendant les 31 prochaines années.

OTTAWA – Avec deux ans de retard, les conservateurs ont ratifié aujourd’hui un Accord de promotion et de protection des investissements étrangers (APIE) avec la Chine qui permettra aux sociétés d’État chinoises de jouir des mêmes protections juridiques que les entreprises privées canadiennes.

« Plutôt que d’admettre leur erreur et de négocier un accord qui protège les intérêts des entreprises canadiennes, les conservateurs ont confiné le Canada pendant les trois prochaines décennies à un accord favorisant la Chine, a affirmé le porte-parole du NPD en matière de commerce international, Don Davies (Vancouver-Kingsway). En effet, il permettra à la Chine d’avoir accès à certaines de nos ressources naturelles et de les contrôler pendant les 31 prochaines années en plus d’exposer les contribuables canadiens à de grands risques financiers à travers des poursuites d’investisseurs. »

Don Davies a réitéré à quel point il est important que le Canada collabore avec la Chine et d’autres marchés émergents. Toutefois, il a souligné que le NPD souhaitait l’adoption parallèle de règles claires qui rassurent les investisseurs et protègent les intérêts des Canadiens. L’APIE offre aux sociétés chinoises des avantages que les entreprises canadiennes n’auront pas en Chine.

« Cet accord a été négocié en secret et il ne fait rien pour uniformiser les règles du jeu et le ratifier va à l’encontre des intérêts du Canada, a ajouté le porte-parole adjoint en matière de commerce international, Guy Caron (Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques). Les Canadiens paieront le prix de l’approche incompétente et antidémocratique des conservateurs dans la négociation et la ratification de cet APIE. »