Climate Change: Beyond Partisanship

OTTAWA - On Thursday, at the initiative of Pierre Nantel, Member of Parliament for Longueuil - St-Hubert, three opposition parties asked their Liberal and Conservative colleagues to depoliticize the climate issue. Their goal is to form a common climate front, a collective war effort to fight global warming.

During COP24, the leaders of the NDP, Bloc Québécois and Green Party reached out to the government and the Official Opposition, inviting them to join forces to meet our climate targets. The three leaders propose that the Prime Minister holds a meeting of all party leaders in January 2019, or as soon as possible upon Parliament's return, to agree on non-partisan climate actions.

This follows Pierre Nantel's open letter to all party leaders, inviting them to put aside partisanship and together appoint a non-partisan climate change war minister.

“We are facing a crisis, an emergency, and that is why I proposed to all parties to join forces,” said Pierre Nantel. “A partisan and electoral approach will waste too much time. The most important thing is to depoliticize the climate issue and make it an absolute priority for everyone.”

“Combating global warming is a priority worldwide and we have proposed concrete and achievable solutions,” said Jagmeet Singh. “It is clear that today, we must come together. Canadians expect us to live up to their expectations.”

“This is a serious time. We no longer have the luxury of partisanship. We have a responsibility, both collectively and individually, to act now to address the climate crisis and that is why the Bloc Québécois is responding to this call,” added Mario Beaulieu.

“I am so pleased to see all my colleagues in the House of Commons working together on this issue,” said Elizabeth May. “I am pleased to see all parties reaching out to the Prime Minister to ensure that we become leaders in the fight against climate change.”

* * *

décembre 2018 

CHANGEMENTS CLIMATIQUES : AU-DELÀ DE LA PARTISANERIE

OTTAWA – Jeudi, à l’initiative de Pierre Nantel, député de Longueuil – St-Hubert, trois partis d’opposition ont demandé à leurs collègues libéraux et conservateurs de dépolitiser la question climatique. Leur but est de former un front commun pour le climat, un effort de guerre collectif pour lutter contre le réchauffement climatique.

Pendant COP24, les chefs du NPD, du Bloc Québécois et du Parti vert ont tendu la main au gouvernement et à l'opposition officielle, les invitant à une mobilisation commune pour atteindre nos cibles climatiques. Les trois chefs proposent au premier ministre de tenir une rencontre de tous les chefs de parti en janvier 2019, ou dès que possible au retour du Parlement, pour convenir d'actions non partisanes sur le climat.

Rappelons que Pierre Nantel a envoyé une lettre ouverte à tous les chefs de partis, les invitant à mettre de côté la partisanerie et à nommer ensemble un ministre non-partisan de guerre aux changements climatiques.

« On est devant une crise, une urgence, et c'est pourquoi j'ai proposé à tous les partis de faire front commun, a déclaré Pierre Nantel. Une approche partisane et électorale va nous faire perdre trop de temps. L’essentiel, c’est de dépolitiser l’enjeu du climat et d'en faire une priorité absolue pour tout le monde. »

« La lutte au réchauffement climatique est une priorité partout dans le monde et nous avons proposé des solutions concrètes et réalisables, a souligné Jagmeet Singh. C’est clair qu’aujourd’hui, il faut se rassembler. Les Canadiennes et les Canadiens s’attendent à ce que nous soyons à la hauteur de leurs attentes. »

« L’heure est grave. Nous n’avons plus le luxe de la partisannerie. Nous avons une responsabilité, tant collective qu’individuelle, d’agir maintenant face à la crise climatique et c’est pourquoi le Bloc Québécois répond à cet appel, » a ajouté Mario Beaulieu.

« Je suis si heureuse de voir tous mes collègues de la Chambre des Communes travailler ensemble sur cet enjeu, a soutenu Elizabeth May. Je me réjouis de voir tous les partis tendre la main au premier ministre afin que nous devenions des leaders dans la lutte aux changements climatiques. »